‘A’A’ Presents LafargeHolcim Awards Prize Winners | Next Generation

De nos jours, la notion de durabilité a été largement galvaudée du fait d’interprétations fallacieuses et superficielles. Mais elle reste bien sûr l’un des objectifs premiers de l’architecture. Pour ce faire, on ne peut se contenter de paroles en l’air ou d’idées vaguement définies : il est important de comprendre qu’une approche durable de l’architecture englobe inévitablement un large éventail de choix complexes. Il faut donc faire preuve d’un certain pragmatisme, fondé sur des compromis pesés avec soin. S’engager envers la localité où l’on construit nécessite de prendre en compte l’aspect non seulement écologique, mais aussi social et économique du concept de durabilité. Cela peut varier quelque peu en fonction de la géographie. Il n’y a pas de solution universelle en matière d’architecture durable et d’utilisation de la technologie. Cela ne veut pas dire que l’on recourt toujours aux mêmes outils, mais il est capital de ne pas perdre de vue les variables généralement propres au lieu où l’on travaille. Enfin, il ne faut pas oublier de tenir compte de la durée de vie d’un projet achevé et de la capacité d’entretien de celui-ci. Lors de la phase de conception d’une structure, cela se traduira par des solutions mûrement réfléchies, prenant autant en considération le facteur de durabilité que le choix de la technologie utilisée. Je peux citer divers exemples concrets tirés de ma propre expérience. On peut éviter le recours à la climatisation en installant des systèmes de refroidissement passif à la fois respectueux de l’environnement et permettant de réduire les frais de fonctionnement d’un bâtiment, pour de petits complexes scolaires, par exemple. Ou bien considérer qu’intégrer un brise-soleil à la façade d’un édifice gouvernemental est une dépense justifiée, puisque l’ombre ainsi générée réduit considérablement l’exposition directe au soleil et donc les frais de refroidissement. Dans un genre très différent, nous avons également construit une façade avec des piliers en bois d’origine locale, qui ont été travaillés selon un processus nécessitant une main-d’œuvre abondante : cela signifie utiliser les matériaux disponibles sur place, soutenir et rémunérer le savoir-faire et l’artisanat locaux, tout en rendant le résultat abordable et facile à réparer. Aujourd’hui, l’architecture doit s’efforcer, pour chaque décision, de soupeser les avantages parfois contradictoires des différentes options qui s’offrent à elle, afin de s’assurer d’adopter la solution la plus durable possible : celle qui répondra à tous les critères, et pas seulement en apparence ! « Il n’y a pas de solution universelle en matière d’architecture durable » — Principal of Kéré Architecture, based in Berlin, Germany. Global Holcim Gold winner 2012 LAFARGEHOLCIM AWARDS NEXT GENERATION

RkJQdWJsaXNoZXIy MzQ3ODc=