Global design competitions: shaping a sustainable future /construire un avenir durable

LafargeHolcim Awards “The scale, visibility, level of scrutiny and rigour of the competition give a strong legitimacy to the winners.” AA: What were your experiences as jury members? HS: The award process was very well organised and vetted. It gave the jurors all the time to consider the content. There is hardly any other jury or award I have been on that uses the discussion around every project to rethink the terms of the award. In that sense it parallels the common-law approach, where every case could potentially redefine the basis of the idea of sustainability. BS: The quality of the jury, the geographical bandwidth of the entrants chosen, the credibility of the organisation and the non-interference with any decision we take make the competition very independent and credible. Since so many different types of projects are submitted for consideration by the jury, it can sometimes be difficult for the jurors, because obviously you’re not comparing apples to apples. So you have to look for something special within the entry as to why it should win, what there is about it that’s unique. AA: What do you think the LafargeHolcim Awards bring to practices taking part in the competition? HS: I think the scale, visibility, level of scrutiny and rigour of the competition give a strong legitimacy to the winners. And it also gives them licence to continue to experiment and to innovate rather than to rest on their laurels, which is usually the impact of such a level of recognition. AA : Comment avez-vous vécu vos expériences respectives en tant que membres du jury ? HS : Le processus d’attribution des Prix est très bien organisé et très bien contrôlé. Il donne aux jurés tout le temps nécessaire pour prendre connaissance des contenus. Aucun autre Prix ou jury auquel j’ai participé ne repose ainsi sur une discussion autour de chaque projet, afin de repenser les termes d’attribution du Prix. En ce sens, l’approche est comparable à celle du common law, le droit coutumier anglo-saxon : chaque cas peut en substance redéfinir les fondements mêmes du concept de développement durable. BS : La qualité du jury, la diversité géographique des participants, la légitimité des organisateurs et l’absence absolue d’intervention dans nos décisions assurent la totale indépendance et la crédibilité du concours. La diversité des projets soumis est telle que la tâche est parfois ardue pour les membres du jury, qui ne sont pas toujours amenés à comparer des choses comparables. Il faut rechercher ce « quelque chose de spécial » qui va justifier l’attribution d’un Prix à un projet lauréat, ce qui le rend vraiment unique. AA : Que pensez-vous que les LafargeHolcim Awards puissent apporter aux agences qui participent au concours ? HS : Je dirais que l’ampleur de l’événement, la visibilité, mais aussi le niveau de détail et de rigueur mis en œuvre donnent une très forte légitimité aux lauréats – ainsi qu’une opportunité de poursuivre leurs expérimentations et d’innover, plutôt que de se reposer sur leur lauriers, un effet par ailleurs fréquent d’une telle reconnaissance. BS : Je crois que la réponse à votre question est multiple, et c’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles j’aime tant ces Prix. Par exemple, lors de la dernière cérémonie des Global Awards, à Zurich, le premier Prix est allé à un collectif d’architectes mexicains qui avaient présenté un fantastique projet autour de l’eau, en plein cœur de Mexico (voir page 10). Il me semble qu’ils ont intégralement réinvesti la dotation du Prix dans ce projet. Nous avons attribué une autre des récompenses à deux jeunes femmes qui avaient merveilleusement réuni, dans un seul et même complexe situé dans un village au Niger, un centre civique destiné à la communauté locale et une mosquée (voir page 30). Je me souviens m’être beaucoup investie en leur faveur, parce que j’avais adoré ce projet. On m’a dit qu’elles avaient fait bénéficier le village d’une partie de leur dotation. C’est une autre des Hashim Sarkis Architect Dean of the School of Architecture and Planning, MIT, Cambridge, USA Founder of Hashim Sarkis Studios, Cambridge, USA and Beirut, Lebanon Head of the LafargeHolcim Awards jury for Middle-East and Africa in 2011 Member of the Global LafargeHolcim Awards jury in 2018 Architecte Doyen de l’École d’architecture et d’urbanisme, MIT, Cambridge, États-Unis Fondateur de l’agence Hashim Sarkis Studios, Cambridge, États-Unis et Beyrouth, Liban Président du jury des LafargeHolcim Awards pour le Moyen-Orient et l’Afrique en 2011 Membre du jury des Global LafargeHolcim Awards en 2018 56

RkJQdWJsaXNoZXIy MzQ3ODc=